Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 21:01

Points dinterrogationCe monsieur s’installe et, à ma demande, m’explique ce qu’il veut. Avec une voix profonde et un accent très prononcé, mais seulement quelques mots de français compréhensibles, il me dit qu’il n’a pas de travail et sa femme non plus.

 

Puis il me montre un petit coupon de la MDS, servant normalement à noter les rendez-vous, au verso duquel sont griffonnés « écrivain public » et le numéro de téléphone où prendre rendez-vous.

 

« De quoi avez-vous besoin, monsieur ? »

 

Je comprends à peu près que la MDS l’a envoyé ici, mais qu’il ne sait pas pourquoi.

 

Il appelle son fils pour qu'il m’explique.

Le fils n’en sait rien non plus ; il ne sait même pas ce que je suis censée faire.

 

Alors le monsieur me dit qu’il va retourner à la MDS pour demander quoi me demander.

Je griffonne sur son papier que je l’ai bien vu, mais que j’attends des précisions.

Il repart en me remerciant.

 

C’était M. X. Je n’ai pas eu le temps de savoir son nom.

 

Eh ben !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Christine Atger, écrivain public, écrivain conseil
  • : Anecdotes, réflexions et états d'âme d'un écrivain public...
  • Contact

Chers confrères, je vous salue et vous souhaite la bienvenue sur mon blog.

Je suis écrivain public et écrivain conseil.


journal.jpg

 

J'ai toujours adoré écouter les anecdotes de mes pairs, surtout les plus anciens.


Commençant à avoir un peu de bouteille, j’aurais aussi des choses à raconter... mais je n'ai pas le talent oratoire pour me lancer à brûle-pourpoint au cours d’un repas ou entre deux réunions.


Comme je sais à peu près écrire, j’ai eu envie de créer ce blog (journal, mon cher journal…) pour vous les faire découvrir…

 

En plus, je dois avouer qu'écrire ces péripéties m'évite de les oublier !

Recherche

Avertissement

Tous les textes publiés sur ce blog sont la propriété exclusive de leur auteur.

Toute reproduction, même partielle, ne peut se faire sans l'autorisation expresse de l'auteur.

Pages