Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 10:02

sorciere.jpgM. O. !

Comme d’habitude, c’est le premier à m’attendre. Que veut-il cette fois ?

 

… Je vous jure que tout est vrai !

 

Il veut écrire à son fils, mais pas celui qui est en prison, celui qui est resté proche de sa mère. Il commence à dicter, tout en sortant des documents jaunis d’une pochette. Je transforme bien sûr le tout en français correct au fur et à mesure.

 

« Mon fils, je te demande de lire très attentivement les documents que je te joins et de les comprendre. Il y a plus de dix-sept ans qu’on ne s’est pas vus alors que je suis vieux et malade et que c’est moi qui t’ai élevé… »

 

Bon, ça ressemble à la lettre d’un vieux monsieur qui, voyant la fin de sa vie arriver, souhaite se réconcilier avec son enfant…

Je suis d’une naïveté !...

 

« Tout petits, ton frère et toi, ta mère vous a abandonnés. Alors je ne comprends pas pourquoi tu ne viens plus nous voir, moi et ton frère… »

 

Ces plaintes ne me semblent pas la meilleure façon d’arriver à une réconciliation, mais bon…

 

« La faute à qui ? À toi ou à ta mère ? De toute façon, vous êtes tous les deux pareils, pour moi, vous êtes des pourritures et ta mère, une sorcière. »

 

« Vous n’allez pas dire ça à votre fils ?!

- Ben si, je suis malade, il vient pas me voir…

- C’est sûr qu’avec ça, il aura encore moins envie de venir !

- Et vous ajoutez : Je te demande, n’oublie pas : tu dois changer de nom et de prénom, pour moi, tu n’es plus mon fils !

 

- Comment ça, changer de nom ? On ne change pas de nom comme ça.

- Ah si, c’est plus mon fils, je veux plus qu’il porte mon nom.

- Mais vous ne pouvez pas l’obliger à changer de nom !

- Si, à Paris, on peut. Et vous lui dites que dans deux mois, j’irai chercher un acte de naissance et que s’il l’a pas fait, je le brûlerai.

- Vous brûlerez qui ?

- Lui !

- Mais ça va pas ? »

 

Je croise les bras et le fixe.

« Je n’écris pas tout ça.

- Pourquoi ?

- Parce que je n’écris pas des lettres d’insultes. Pourriture et sorcière, ce sont des insultes ; on ne dit pas ça à son fils.

- Vous risquez rien, c’est moi qui signe.

- Non, j’ai une éthique professionnelle et je ne peux pas écrire des choses comme ça.

- Bon, alors je vais aller à la mairie, qu’on me dise où trouver un autre écrivain public parce que vous voulez pas me faire la lettre.

- Attention, vous direz bien quel genre de lettre je ne veux pas faire, parce que moi aussi, je peux m’expliquer.

- Oui oui, je suis franc, je dirai pourquoi.

- …

- Alors vous voulez pas écrire ?

- Pas des insultes…

- …

- J’enlève la pourriture et la sorcière ?

- Bon d’accord, mais vous lui dites de changer de nom. Et que s’il le fait pas, je réponds plus de rien.

- Mais enfin, M. O., même s’il le demande, ce ne sera jamais fait en deux mois. On est en France, un changement de nom, ce n’est pas rien ! »

 

Et là, délire total : À son âge, il sait des choses, moi, je pourrais être sa petite-fille, je ne sais rien ! La France, la France, elle a bien changé ! Il a mangé avec des présidents de la République qui lui ont dit que oui, un père pouvait faire changer le nom de ses enfants. C’était Mitterrand, même, et il lui a aussi dit que la France, c’était une poubelle.

 

Éclat de rire de ma part !

« Si, c’est vrai !

- Bien sûr, M. O… Qu’est-ce que vous voulez dire d’autre ?

- Ben, qu’il doit changer de nom le plus vite possible. Le reste, vous voulez pas l’écrire.

- Ben non. »

 

Je finis ce courrier ahurissant.

 

En partant, il me déclare :

« La nuit, je dors mal quand je pense à vous.

- Eh bien vous avez tort de ne pas dormir à cause de moi.

- Je dors mal parce que je me suis fait engueuler. »

ruedelapaix.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Christine Atger, écrivain public, écrivain conseil
  • : Anecdotes, réflexions et états d'âme d'un écrivain public...
  • Contact

Chers confrères, je vous salue et vous souhaite la bienvenue sur mon blog.

Je suis écrivain public et écrivain conseil.


journal.jpg

 

J'ai toujours adoré écouter les anecdotes de mes pairs, surtout les plus anciens.


Commençant à avoir un peu de bouteille, j’aurais aussi des choses à raconter... mais je n'ai pas le talent oratoire pour me lancer à brûle-pourpoint au cours d’un repas ou entre deux réunions.


Comme je sais à peu près écrire, j’ai eu envie de créer ce blog (journal, mon cher journal…) pour vous les faire découvrir…

 

En plus, je dois avouer qu'écrire ces péripéties m'évite de les oublier !

Recherche

Avertissement

Tous les textes publiés sur ce blog sont la propriété exclusive de leur auteur.

Toute reproduction, même partielle, ne peut se faire sans l'autorisation expresse de l'auteur.

Pages