Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 21:03

feuillesoins.jpgJ’ai déjà vu ce vieux monsieur, c’est un chibani tout ratatiné qui marche à petits pas. Il marmonne souvent « Si tu veux, tu fais, si tu veux pas, tant pis… ».

 

Il pose sur le bureau un imprimé de la Sécurité sociale servant à récapituler les frais de soins à l’étranger pour se les faire rembourser en France.

 

J’ai déjà rempli ce type de document et je n’aime pas trop le faire. À première vue, c’est assez simple : il suffit de noter pour chaque catégorie de soin (consultation chez le médecin, le dentiste, hospitalisation, pharmacie…) le total des dépenses. En fait…

 

En fait, il faut d’abord éplucher les feuilles de soins étrangères souvent accompagnées d’ordonnances.

Trouver le montant payé chez le médecin : soit il n’est pas indiqué, soit il est représenté sous la forme d’une vague plus ou moins dentelée.

Déchiffrer les chiffres dans les colonnes réservées au pharmacien : la monnaie du pays étant ce qu’elle est, le nombre de chiffres est impressionnant, et la position de la virgule pas vraiment déterminée.

 

Et mon monsieur de ce jour me tend une pile d’au moins trois centimètres d’épaisseur de feuilles de soins et d’ordonnances. En plus, berk !, elles ont un aspect plutôt crasseux, des « choses » sont collées sur certaines.

 

Je les attrape du bout des doigts… et je trie : je trouve des ordonnances datant de 2000 !

Je m’exclame : « 2000 ! Mais c’est trop vieux !

- La dame, elle m’a dit, tu m’apportes tout et je paierai… 

- Eh ben, vous avez de la chance ! »

 

Je fais des tas par année… Je retrouve même des feuilles de soins que j’avais remplies il y a quelques mois.

« Vous ne les aviez pas données, celles-là ? C’est moi qui les ai remplies, je reconnais mon écriture.

- Non, on m’a dit que c’était pas bon.

- Je suppose qu’il manquait la feuille bleue… » (Le récapitulatif).

 

Puis je rassemble feuilles de soins et ordonnances, et j’en trouve sans correspondance ; je les mets de côté, elles ne pourront pas être traitées. Je remplis les feuilles… Pff…

 

« Ce que tu fais, ça sert à rien !

- Pourquoi ça sert à rien ?

- Parce qu’y a pas les vignettes !

- Eh ben il faudra les coller.

- Tu peux le faire ?

- Ah non, monsieur, je ne colle pas les vignettes, je n’ai pas le temps ! D’ailleurs, je vais m’arrêter là et vous reviendrez parce que, maintenant, il faut calculer tout ce que vous avez payé, et ça va prendre du temps. Revenez cet après-midi. »

 

L’après-midi, il est le premier. Je reprends le paquet crasseux et j’additionne les dinars, quand ils sont indiqués… Je ne suis pas très sûre du calcul vu les difficultés évoquées plus haut, en particulier la position de la virgule.

 

Pendant ce temps, il pose subrepticement un plein sac de boîtes de médicaments vides. 

« Non non, monsieur, je ne colle pas les vignettes ! »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Christine Atger, écrivain public, écrivain conseil
  • : Anecdotes, réflexions et états d'âme d'un écrivain public...
  • Contact

Chers confrères, je vous salue et vous souhaite la bienvenue sur mon blog.

Je suis écrivain public et écrivain conseil.


journal.jpg

 

J'ai toujours adoré écouter les anecdotes de mes pairs, surtout les plus anciens.


Commençant à avoir un peu de bouteille, j’aurais aussi des choses à raconter... mais je n'ai pas le talent oratoire pour me lancer à brûle-pourpoint au cours d’un repas ou entre deux réunions.


Comme je sais à peu près écrire, j’ai eu envie de créer ce blog (journal, mon cher journal…) pour vous les faire découvrir…

 

En plus, je dois avouer qu'écrire ces péripéties m'évite de les oublier !

Recherche

Avertissement

Tous les textes publiés sur ce blog sont la propriété exclusive de leur auteur.

Toute reproduction, même partielle, ne peut se faire sans l'autorisation expresse de l'auteur.

Pages