Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 14:03
Aujourd’hui, ma permanence ne se déroulera pas seulement entre l’usager (c’est ainsi qu’on nomme le « client » dans le service public) et moi. Dans mon petit bureau de 7 m² environ, il faudra aussi caser un ingénieur du son et un cameraman, plus le réalisateur posté dans l’encadrement de la porte, car la télévision publique (France 2, oui oui oui !) a décidé de tourner un reportage sur le métier d’écrivain public ; mon expérience à la fois en mairie et en cabinet privé lui a semblé intéressante.

L’équipe arrive une heure après moi, j’ai bien sûr déjà commencé et la laisse s’installer. À chaque nouvel usager, je demande s’il veut bien être filmé. Les hommes sont d’accord, les femmes non. Je traite les mêmes cas que d’habitude. Pendant ce temps, la journaliste essaie de faire parler les personnes qui attendent ; elle s’arrache les cheveux car les volontaires sont très peu nombreux : l’une est en congé maladie et craint que son employeur ne la voie hors de chez elle, l’autre a peur de la réaction de son fils et un autre encore de celles de ses voisins. Enfin, un homme que je viens de voir accepte de répondre à quelques questions, ainsi qu’une dame que je ne connais pas et que je n’ai d’ailleurs pas le temps de recevoir ce jour-là !


Ouf, la matinée est terminée ! Tournage de mon arrivée à la mairie, juste avant de la quitter, et nous partons tous vers mon cabinet pour la suite, après avoir déjeuné ensemble. Un plan sur ma voiture en train de se garer et sur ma petite personne tirant sa mallette à roulettes et se dirigeant à grands pas vers son bureau… L’après-midi est planifiée puisque j’ai sollicité une de mes clientes préférées et… mon beau-frère (pour faire plus simple). Invasion des locaux que je partage avec ma sœur, déjà en pleine consultation (pardon LN, je ne les savais pas si bruyants !).


Ma cliente a une vraie demande que je traite dans des conditions presque normales (si on peut trouver normal de sentir une caméra au-dessus de son épaule droite et d’apercevoir un micro dans le coin de son champ de vision ou de répéter la phrase qu’on vient juste de prononcer – qu’est-ce que je viens de dire ? – parce qu’il y a eu une faiblesse dans l’enregistrement). Ma cliente, charmante, accepte de répondre aux questions de la journaliste et ce qu’elle dit me fait grand plaisir !
J’enjambe la housse de la caméra abandonnée dans l’entrée pour ouvrir à mon beau-frère. Il a lui aussi une vraie demande sur laquelle nous devions travailler ensemble, c’est l’occasion. Hélas, c’est trop compliqué à faire comprendre en quatre mots et trois images au public de l’émission et nous n’aurons au final qu’une vue de nous deux discutant.


Puis, c’est à moi d’être interviewée. L’équipe est très agréable, ils se montrent tous patients, courtois… mais je suis fatiguée. Et certaines questions de la journaliste me paraissent tout à coup « inrépondables » ; je bafouille, je dois répéter… Je commence une phrase, mais ne sais plus ce que je voulais dire… Je suis sûre que mon confrère, Alain Delacour, interrogé de son côté, aura été beaucoup plus performant que moi !
Stoooop ! J’en ai assez ! Partez tous maintenant ! Avant, n’oubliez pas de m’informer de la date de diffusion, que je puisse prévenir ma mère, ses amies, ma marraine, ses amies, ma belle-mère, ses amies, mes confrères, tout mon petit monde quoi !

L’émission est passée, je l’ai regardée et enregistrée, j’ai reçu quelques compliments… et c’est tout… (
Bof, ça me suffit !...)

C’était il y a près d’un an. À ce jour, l’émission est toujours visible sur le site de France 2, en suivant ce lien :
 http://cestauprogramme.france2.fr/index-fr.php?page=article&id_article=3174&mode=video

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Christine Atger, écrivain public, écrivain conseil
  • : Anecdotes, réflexions et états d'âme d'un écrivain public...
  • Contact

Chers confrères, je vous salue et vous souhaite la bienvenue sur mon blog.

Je suis écrivain public et écrivain conseil.


journal.jpg

 

J'ai toujours adoré écouter les anecdotes de mes pairs, surtout les plus anciens.


Commençant à avoir un peu de bouteille, j’aurais aussi des choses à raconter... mais je n'ai pas le talent oratoire pour me lancer à brûle-pourpoint au cours d’un repas ou entre deux réunions.


Comme je sais à peu près écrire, j’ai eu envie de créer ce blog (journal, mon cher journal…) pour vous les faire découvrir…

 

En plus, je dois avouer qu'écrire ces péripéties m'évite de les oublier !

Recherche

Avertissement

Tous les textes publiés sur ce blog sont la propriété exclusive de leur auteur.

Toute reproduction, même partielle, ne peut se faire sans l'autorisation expresse de l'auteur.

Pages