Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 19:42

marche-noel.jpgIl y a quelques années, dans une démarche dynamique de prospection et communication, et partant du principe qu’il faut essayer toutes les idées séduisantes, j’ai imaginé participer au marché de Noël organisé par ma commune en proposant aux enfants d’écrire leur lettre au Père Noël.

 

Toute fiérote de cette idée gé-niale, je contacte le service organisateur par courrier, explique mon métier et ma démarche, précise bien que je le ferai gracieusement, et reçois une réponse positive en début d’été, avec les coordonnées de la personne chargée de la logistique.

 

Je profite des mois précédant la manifestation pour préparer mon intervention : mon ordinateur et mon imprimante portables, des affiches pour présenter l’activité, un book pour montrer l’étendue de mon savoir-faire, des cartes de visite pour moi, des crayons et feutres de couleur, des tampons encreurs sur le thème de Noël, des gommettes… pour que les enfants décorent leur lettre.

 

Je transmets également mes besoins aux services municipaux : une table et quelques chaises situées – j’insiste là-dessus – à l’intérieur, du papier blanc et des enveloppes.

 

La veille, je me rends sur place ; je n’avais rien de particulier à installer et voulais juste repérer les lieux. Déjà, j’ai un mal de chien à trouver le responsable. Puis, quand enfin je le vois, j’apprends que mon stand sera installé à côté de la boîte à lettres – « ce sera mieux pour poster les lettres » – en face du marchand d’huîtres et, surtout, à l’extérieur !

 

« Mais enfin, j’avais bien demandé à être à l’intérieur. Il m’est impossible de faire ça dehors. D’abord mon matériel ne le supportera pas, mais moi non plus. »

Vagues excuses bredouillées, le monsieur ne pouvait pas faire autrement.

 

Je rentre chez moi furieuse. J’y vais ou j’y vais pas ?

Bon, je me suis engagée, j’irai. Mais avec un énorme convecteur électrique pour avoir un semblant de chaleur.

 

Le lendemain, au moment où je veux prendre ma voiture : un pneu crevé !

Le temps de réparer, j’arrive avec près de deux heures de retard, mais je m’en moque, j’ai perdu toute motivation. Mon fils cadet m’accompagne très gentiment pour m’aider à trimballer mon bazar. Nous faisons le tour du marché sans remarquer mon stand.

Une fois le responsable trouvé, j’ai droit à « Vous deviez arriver à 13 h 30 ! » Quel culot !

 « Oui, et je devais aussi avoir un stand dedans ! »

Eh bé, ça continue bien !

Finalement, ce monsieur a « réussi » à me trouver une place dans la grande salle. J’ai transporté mon radiateur pour rien.

 

Je commence à écrire pour les enfants. J’apprécie la présence de mon fils qui me donne des précisions sur les jouets commandés – dont le nom est souvent mal prononcé – car je n’y connais rien de rien.

J’essaie d’intéresser les parents à mon métier, je distribue quelques cartes…

 

Deux après-midi passées dans le bruit et le courant d’air. Une vingtaine de lettres écrites. Heureusement quelques moments mignons ou rigolos avec les enfants.

Mais de clients supplémentaires : aucun à ce jour !

 

Et surtout, une rancœur vis-à-vis des organisateurs : je ne m’attendais pas à me voir dérouler un tapis rouge mais au moins à un peu plus de considération. Aucun mot aimable, aucun remerciement !

Inutile de préciser que je n’ai pas renouvelé l’expérience.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Christine Atger, écrivain public, écrivain conseil
  • : Anecdotes, réflexions et états d'âme d'un écrivain public...
  • Contact

Chers confrères, je vous salue et vous souhaite la bienvenue sur mon blog.

Je suis écrivain public et écrivain conseil.


journal.jpg

 

J'ai toujours adoré écouter les anecdotes de mes pairs, surtout les plus anciens.


Commençant à avoir un peu de bouteille, j’aurais aussi des choses à raconter... mais je n'ai pas le talent oratoire pour me lancer à brûle-pourpoint au cours d’un repas ou entre deux réunions.


Comme je sais à peu près écrire, j’ai eu envie de créer ce blog (journal, mon cher journal…) pour vous les faire découvrir…

 

En plus, je dois avouer qu'écrire ces péripéties m'évite de les oublier !

Recherche

Avertissement

Tous les textes publiés sur ce blog sont la propriété exclusive de leur auteur.

Toute reproduction, même partielle, ne peut se faire sans l'autorisation expresse de l'auteur.

Pages