Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 10:10

Quand j’annonce que je travaille pour une collectivité locale, on me demande parfois comment se passent les règlements, sous-entendu : sous quel délai suis-je payée ?

Vu mon expérience – je fréquente trois collectivités différentes –, ça dépend !…

Quand c’est le CCAS qui gère cette activité, je suis payée rubis sur ongle dans le mois qui suit l’établissement de la facture.

Quand c’est la mairie elle-même, cela dépend… des personnes qui traitent la facture.

 

Pour la toute première facture, j’ai dû insister et appeler plusieurs fois le secrétariat. Une échéance trimestrielle de charges sociales approchait mais je n’avais pas encore suffisamment de trésorerie d’avance pour y faire face. Le virement a heureusement été effectué quelques jours avant la date limite de paiement à l’Urssaf. La secrétaire m’a fait noter que la paierie avait anticipé le règlement malgré l’absence de convention. C’était plutôt une bonne chose, car ma prédécesseure n’avait jamais eu de convention en dix ans d’exercice et avait pourtant toujours été payée. Cette remarque m’a mis la puce à l’oreille et je n’ai eu de cesse ensuite que de réclamer une convention pour officialiser mes interventions.

 

Puis, le règlement de la facture d’août a fait défaut. J’ai encore réclamé : il y avait eu les congés, la personne qui s’occupait de moi n’avait pas été remplacée… Finalement, cette facture avait disparu. Je continue mon enquête auprès de la responsable des permanences ; pour la forme, elle farfouille dans ses papiers et… « Oooh, elle est là ! Elle était sous ce dossier ! Excusez-moi, je la traite tout de suite. »

 

Ensuite, j’ai repéré la comptable qui transmettait l’autorisation de paiement à la paierie et je l’ai chouchoutée : visites cordiales, messages amicaux, chocolats à Noël…

 

Plus tard, le service gérant ma permanence a changé et j’ai trouvé d’autres personnes plus attentives – j’avais l’impression d’exister enfin – et soucieuses de la régularité des paiements. Une fois, j’ai dû faire intervenir le chef de ce service qui m’a défendue de façon très énergique et le rythme de règlement, soit deux mois après la facture, a repris.

 

Entre-temps, le problème de l’absence de convention a été réglé puisqu’un appel d’offres a été lancé (le service juridique s’étant aperçu, onze ans après la création de ce service aux habitants, que c’était obligatoire). J’ai été retenue et mon activité est régie par un marché public en bonne et due forme.

 

À présent, même les périodes de congés ne perturbent pas trop la périodicité mise en place… jusqu’au prochain grain de sable dans les rouages municipaux.

 

***

Je reprends ce billet quelque temps après l’avoir commencé : je viens d’expérimenter l’intervention d’un gros grain de sable. Nous sommes début juin et mes factures de février à avril n’ont toujours pas été payées ; celle de janvier l’a été il y a trois semaines seulement. Explication : les factures que j’avais envoyées ont été perdues ; sûrement un problème au centre de tri car rien n’a été enregistré au service du courrier. Puis leur traitement a pris du temps car plusieurs personnes du service concerné étaient absentes. Mais le paiement a été ordonné et devrait arriver la semaine prochaine : chic, je vais pouvoir me payer !

 

Manque de bol, la même chose, ou presque, est survenue au même moment dans l’autre mairie ; quand ça veut pas, ça veut pas !

 

À l’Urssaf, hélas, personne n’était absent et j’ai vu un prélèvement rejeté. Branlebas de combat et transfert d’argent de mon compte personnel sur celui du cabinet. Comme j’ai payé l’échéance par retour du courrier de mise en demeure, la majoration automatique a été annulée sans que je ne demande rien. J’ai au moins appris que l’Urssaf pouvait faire preuve d’humanité, spontanément.

 

Quelques jours ont passé : toujours pas de virement… Je reçois différents documents officiels des services financiers mais rien sur le compte. Les deux personnes absentes du service comptable sont revenues, m’a-t-on dit, mais on ne sait pas quelle est leur priorité dans le traitement des dossiers. Ce n’est pas moi apparemment !

 

***

Fin du suspense : j’ai été payée ! À la prochaine fois !?...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Christine Atger, écrivain public, écrivain conseil
  • : Anecdotes, réflexions et états d'âme d'un écrivain public...
  • Contact

Chers confrères, je vous salue et vous souhaite la bienvenue sur mon blog.

Je suis écrivain public et écrivain conseil.


journal.jpg

 

J'ai toujours adoré écouter les anecdotes de mes pairs, surtout les plus anciens.


Commençant à avoir un peu de bouteille, j’aurais aussi des choses à raconter... mais je n'ai pas le talent oratoire pour me lancer à brûle-pourpoint au cours d’un repas ou entre deux réunions.


Comme je sais à peu près écrire, j’ai eu envie de créer ce blog (journal, mon cher journal…) pour vous les faire découvrir…

 

En plus, je dois avouer qu'écrire ces péripéties m'évite de les oublier !

Recherche

Avertissement

Tous les textes publiés sur ce blog sont la propriété exclusive de leur auteur.

Toute reproduction, même partielle, ne peut se faire sans l'autorisation expresse de l'auteur.

Pages