Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 19:36

 

Madame B. vient me voir pour la première fois sur les conseils d’un voisin. Il faut que je vérifie sa demande d’aide juridictionnelle, car elle veut divorcer. Elle a soixante-trois ans, est mariée depuis quarante-deux ans, mais ne veut plus de son mari !

Elle a déjà demandé et obtenu l’aide juridictionnelle l’année dernière pour le même motif, mais ne l’a appris que récemment. En cherchant un papier dans les affaires de sa fille cadette (vingt et un ans quand même !), elle a trouvé la notification du bureau du palais de justice. Sa fille n’étant pas d’accord avec sa démarche, elle a subtilisé et caché ce document. Madame B. n’a plus qu’à recommencer et, pour cela, préfère venir me voir, car elle ne veut plus rien demander à ses enfants.

 

Et peu à peu, elle me raconte sa motivation pour divorcer. Son mari, maintenant à la retraite, veut s’installer au Maroc.

« Quand j’avais mon père et ma mère là-bas, il voulait jamais y aller. Et maintenant qu’ils sont morts, j’irais là-bas ? Tous mes enfants sont en France, et maintenant j’ai des petits-enfants. C’est toute ma vie ! Je veux aller les voir quand je veux, parce qu’y’avait personne pour m’aider quand j’étais jeune, c’est pour ça que je veux aider mes filles.

Jaloux, il était jaloux, il voulait pas que j’aille au marché toute seule… Peut-être que moi je suis pas comme les autres ? Je veux aller voir mes voisines si je veux… C’est comme voir mes enfants, ça me fait du bien. Mon mari, pendant six mois il m’a pas parlé ; je faisais à manger, je posais tout, il mangeait et il partait sans rien me dire. Pendant quarante-deux ans, il fallait que je fasse à manger, la lessive… et des enfants, on est bonne pour faire des enfants. Mais c’est fini l’esclavage !

Moi je viens de découvrir que la vie, elle est belle, seulement maintenant… C’est beau la vie ! Mais alors, lui, j’en veux plus… Mes enfants sont pas d’accord, c’est leur père. Ils disent “Mais qu’est-ce qu’il va faire tout seul à son âge ?” C’est plus mon problème. »

 

Elle parle, je suis debout, prête à quitter le bureau, car j’ai fini le travail qu’elle m’a demandé, mais je l’écoute, je souris et je suis émue… Elle porte le foulard, mais, malgré son âge, c’est une femme qui s’est émancipée, évitant les embûches ; elle continue, car « ça lui fait du bien ».

« Pardon, je te raconte mes problèmes…

- C’est pas grave madame… Vous êtes vraiment courageuse et forte. Je vous souhaite bon courage pour la suite. Et n’hésitez pas à revenir me voir si vous avez besoin… Moi, je ne vous cacherai pas vos papiers !… (Elle rit.) Vous venez ? le photocopieur est là-bas.

- Je viens. »

Elle saute sur ses pieds, ramasse ses affaires et sort.

J’espère que je la reverrai.

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 19:47

Premier jour de permanence. Une jolie jeune femme veut écrire au préfet pour plaider la cause de son compagnon sans papiers, père de son troisième fils. Elle m’explique que c’est un homme gentil et affectueux qui s’occupe bien de leur enfant – contrairement au père de ses deux premiers – , il mérite d’obtenir un titre de séjour pour rester avec eux. Je lui demande quelques renseignements pour rédiger le courrier, notamment, et on ne peut faire moins, les nom et prénom du monsieur. Elle connaît à peu près le nom sans savoir l’écrire, mais est incapable de me donner le prénom.

« Vous ne connaissez pas son prénom ?

- Ben non… Je sais pas s’il en a un…

- Vous l’appelez comment ? mon doudou ? »

Stupéfaction puis éclat de rire :

« Oui. »

Elle revient le lendemain avec le nom de Doudou et semble très étonnée quand je lui montre le prénom sur le document qu’elle m’a apporté. Elle repart avec la lettre enfin terminée.

 

Le temps passe…

Quinze mois plus tard, la même jeune femme, beaucoup moins souriante.

Elle demande l’aide juridictionnelle pour obtenir une pension alimentaire de Doudou. Elle est très en colère et m’affirme qu’il a seulement voulu avoir un enfant né en France pour obtenir des papiers. D’ailleurs, elle veut aussi écrire au préfet pour dénoncer les agissements indignes de cet homme qui s’est servi d’elle, s’occupe mal de son fils, se montre parfois violent et vit maintenant avec une autre femme.

 

Six mois plus tard…

La même jeune femme, enceinte, accompagnée d’un homme qu’elle me présente comme son nouveau compagnon et le père de son futur bébé. Elle écrit au juge aux affaires familiales qui vient d’organiser pour Doudou droit de visite et versement d’une pension. Celui-ci n’a jamais rien payé, « prend » son fils quand il y pense, sans prévenir, pour le confier à sa compagne du moment.

 

Deux ans plus tard…

Elle revient, toujours remontée contre Doudou. Sa demande est un peu embrouillée : elle veut lui faire respecter le jugement, le dénoncer au préfet… Finalement, elle choisit une lettre au préfet. Elle est accompagnée d’une amie et de son dernier enfant, une fille. Elle demande à l’amie de sortir avec la petite pour pouvoir parler librement de sa situation. Son dernier compagnon, le père de sa fille, agit à peu près de la même façon que Doudou. Il a disparu de sa vie après l’accouchement, mais lui ne veut même pas entendre parler de l’enfant ; il nie même qu’ils aient pu avoir une relation et refuse de lui ouvrir sa porte quand elle essaie de le voir… pour le bien de l’enfant.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Christine Atger, écrivain public, écrivain conseil
  • : Anecdotes, réflexions et états d'âme d'un écrivain public...
  • Contact

Chers confrères, je vous salue et vous souhaite la bienvenue sur mon blog.

Je suis écrivain public et écrivain conseil.


journal.jpg

 

J'ai toujours adoré écouter les anecdotes de mes pairs, surtout les plus anciens.


Commençant à avoir un peu de bouteille, j’aurais aussi des choses à raconter... mais je n'ai pas le talent oratoire pour me lancer à brûle-pourpoint au cours d’un repas ou entre deux réunions.


Comme je sais à peu près écrire, j’ai eu envie de créer ce blog (journal, mon cher journal…) pour vous les faire découvrir…

 

En plus, je dois avouer qu'écrire ces péripéties m'évite de les oublier !

Recherche

Avertissement

Tous les textes publiés sur ce blog sont la propriété exclusive de leur auteur.

Toute reproduction, même partielle, ne peut se faire sans l'autorisation expresse de l'auteur.

Pages